Aller au contenu principal

La création de partenariats pour stimuler l’innovation et l’expérimentation pendant la pandémie : transformer la crise en possibilité

La création de partenariats pour stimuler l’innovation et l’expérimentation pendant la pandémie : transformer la crise en possibilité

two people elbow bumping

360° CONTENU COMMANDITÉ

 

Le monde autour de nous évolue et nous devons évoluer en même temps que lui afin de réellement apporter les changements que nous souhaitons. C’est ce que les organismes à but non lucratif et les entreprises ont compris au cours des 18 derniers mois et c’est ce qu’ils tentent de faire à plus grande échelle.

L’étude Sonner l’alarme – Nouvelle étude sur l’investissement communautaire des entreprises a été publiée en 2020 en réponse à la volonté des entreprises canadiennes d’adopter une approche de plus en plus flexible et « plus que financière » pour soutenir les causes et les organisations. S’appuyant sur Sonner l’alarme pour propulser à un niveau supérieur l’engagement pendant la pandémie, Imagine Canada a publié cette année L’impact du partenariat : La crise comme opportunité. Cette dernière étude illustre de quelle manière la flexibilité dont ont fait preuve les organismes à but non lucratif, les entreprises et les entités gouvernementales au cours de la dernière année a créé des possibilités innovantes pour mieux répondre aux besoins de leurs communautés.
 
Le nouveau rapport renferme neuf études de cas qui nous éclairent sur la façon dont les entreprises et les organismes à but non lucratif du Canada ont réussi à atteindre une croissance sans précédent ou à changer grandement les choses malgré les difficultés engendrées par la pandémie. Trois études de cas en particulier se démarquent comme excellents exemples du thème central du rapport, car elles mettent l’accent sur l’innovation et l’expérimentation par la création de partenariats, la prise d’engagements à long terme et la mise en place d’une infrastructure numérique afin d’avoir un impact dans le monde entier. Vous trouverez ci-dessous un aperçu des principaux points à retenir.

Créer des partenariats trisectoriels – Étude de cas no 2

Rome ne s’est pas construit en un jour et le travail ne s’est certainement pas fait tout seul. On peut dire la même chose pour notre communauté mondiale du bien social. Lorsqu’on s’attaque à des problèmes mondiaux comme l’itinérance ou l’insécurité alimentaire, la collaboration entre les organisations est primordiale. Quand WoodGreen Community Services a souhaité ajouter 34 nouvelles unités de logement abordable à un édifice de 346 unités, l’organisme s’est associé à Daniels Corporation, à la Financière Sun Life et à la Ville de Toronto pour mener à bien le projet. On prévoyait qu’un projet de cette envergure allait prendre quatre ans à réaliser, mais ce consortium de partenaires des secteurs privé, public et à but non lucratif a mis à profit les compétences de chacun pour construire les unités en moins d’un an. Le groupe a exploité l’expertise de chaque secteur afin de faire un petit pas pour créer un impact plus grand.

Engagements à long terme – Étude de cas no 6

Pour favoriser des changements durables, il faut laisser aux partenariats le temps de mûrir et de s’épanouir. Il est important de reconnaître que des progrès réels et significatifs dans la résolution de problèmes systémiques ne seront pas instantanés. C’est la raison pour laquelle AstraZeneca fournit du financement à des organisations et établit des ententes avec celles-ci sur un horizon de cinq ans. L’entreprise estime que cela témoigne d’un niveau d’engagement plus profond et plus honnête envers ses partenaires. Cette façon de faire contribue également beaucoup au succès du programme Santé des jeunes de l’entreprise, une initiative visant à réduire la mortalité précoce due aux maladies non transmissibles chez les jeunes dans plus de 30 pays. L’engagement à long terme favorise un impact durable et permet aux membres du personnel de participer, de redonner et de faire du bénévolat en sachant qu’ils contribuent au pouvoir de la force du nombre, de l’impact collectif.

Infrastructure numérique – Étude de cas no 8

Comme notre civilisation progresse sans cesse dans l’ère de l’information, l’infrastructure numérique ne peut donc plus être considérée comme un luxe pour les organismes à but non lucratif, car elle est aujourd’hui essentielle à la réalisation de leur mission. Second Harvest a bien compris l’importance de l’infrastructure numérique pour établir des liens et résoudre des problèmes. L’organisme a créé l’application Food Rescue qui a permis de connecter plus de 2 500 entreprises avec un surplus de nourriture et plus de 2 300 organismes à but non lucratif qui en avaient besoin. La plateforme a également servi à distribuer 11,2 millions de dollars en financement du gouvernement fédéral à plus de 500 organismes de première ligne et à remettre 6,3 millions de dollars sous forme de bons d’épicerie Loblaws. Le fait d’avoir accordé la priorité au développement d’une technologie capable de faciliter l’établissement de ces liens entre les ressources et les organismes à but non lucratif au service des communautés a été un élément crucial de l’impact collectif généré par Second Harvest.

Leçons à retenir pour la communauté du bien social

En se concentrant sur la création de partenariats, les engagements à long terme et la mise en place d’une meilleure infrastructure numérique, tous ces acteurs de changement ont pu survivre aux obstacles considérables de l’an dernier, mais aussi prospérer. Ils ont exploité les forces l’un de l’autre, ont conçu les outils qu’il leur fallait et ont pris des engagements significatifs pour contribuer ensemble à la mise en place de solutions efficaces pour favoriser un changement délibéré. Cette flexibilité et cette ouverture à l’innovation les ont aidés à atteindre une croissance et à avoir un impact sans précédent et elles continueront à les soutenir pour franchir les nouvelles frontières dans la création de communautés diversifiées et durables. Chacune des neuf études de cas comporte ses propres leçons qui ont une valeur incroyable, et ce, où que vous vous situiez dans le monde du bien social.

Nos auteurs et autrices invité.es s’expriment à titre personnel. Leurs opinions ne reflètent pas nécessairement celles d’Imagine Canada. 

Blackbaud est le premier éditeur mondial de logiciels en nuage au service du bien social. Apprenez-en davantage sur YourCause propulsé par Blackbaud et les solutions en matière de responsabilité sociale des entreprises.

Junaid Habibi est un représentant qualifié en expansion des entreprises qui a étudié la gestion environnementale à l’Université de Toronto. Il se passionne pour les gens de ses communautés et adore aider les entreprises canadiennes à intensifier leurs activités dans le domaine de la responsabilité sociale des entreprises. Il travaille avec l’équipe de YourCause depuis deux ans et aime mettre ses compétences et son expérience au service de la mission de Blackbaud, qui consiste à stimuler les actions en faveur du bien social.

Abonnez-vous à 360°
Restez informé des nouvelles, activités et points de vue provenant de notre secteur.
Vous pouvez vous désabonner en tout temps en cliquant sur le lien indiqué dans votre courriel de confirmation.
Imagine Canada | 65 St Clair Avenue East, Suite 700, Toronto, ON M4T 2Y3
info@imaginecanada.ca
First and Last name
Language
National Indigenous Peoples Day image
Autre blogue

Créer la réconciliation pour soi, les autres et la vie

On entend de plus en plus le mot « réconciliation » à l’approche de la première Journée nationale de la vérité et de la réconciliation. Il est accompagné d’une lourdeur qui envahit les espaces de mécontentement, de cynisme ou de colère, synonymes d’« échec », surtout en ce qui concerne les pensionnats autochtones au Canada.

Returning to Spirit (Auteur invité)

Autre ressource

Enquête sectorielle : Les répercussions inégales de la pandémie sur les organismes caritatifs canadiens

Programme des Entreprises généreuses
Faites reconnaître votre bilan en matière d’investissement communautaire.
Sceau Entreprise généreuse